Ayutthaya

Ayutthaya

9 Février 2020 : Ayutthaya, l’ancienne capitale du royaume du Siam

Après une journée dédiée aux trajets et au repos, nous nous levons tôt pour enfourcher des vélos et partir à la découverte de la cité ancienne d’Ayutthaya, ancienne capitale du royaume du Siam. Le centre historique regorge de temples d’inspiration Khmère, et le vélo est le meilleur moyen de les observer sans trop se fatiguer.

Nous commençons par un petit tour dans le marché du centre-ville. Celui-ci est immense, et les gens nous regardent avec curiosité et sympathie. Il y a plein de stands de street food, et nous trouvons facilement de quoi manger. On se régale avec des petits pains fourrés à la confiture/compote de banane, arrosés d’Iced coffee.

Après cela, on repart direction les temples. Nous sommes surpris de découvrir la police touristique, spécialement présente pour renseigner les étrangers. Ça change de la police Cambodgienne, que l’on fuyait le plus possible !

Nous optons pour le pass 6 temples, plus rentable dans le cadre de notre journée. Nous sommes frappés par la ressemblance avec la cité d’Angkor. Les temples sont très similaires ! Les visites sont jolies, et nous prenons notre temps car nous avons 2 jours devant nous pour visiter la cité. Nous prenons des photos, flânons… Je ne suis pas très en forme, et je me traîne un peu. Sans doute le manque de sels minéraux, absents de l’eau en Thaïlande.

Temples

Nous visitons d’autres temples, puis on s’arrête acheter un sachet d’électrolyte. Ça me requinque un peu, et nous nous arrêtons dans un temple rempli de locaux à l’air très affairé. Des moines sont présents pour bénir les croyants, les gens font des offrandes et prient, et nous voyons même une partie du temple consacrée aux coqs (?). C’est très étonnant.

Après cette visite, nous mangeons un bout dans un petit restaurant juste en face, ouf ! Nous sommes encore une fois surpris par l’absence/le faible nombre de touristes en Thaïlande. C’est vraiment étonnant, surtout après ce que nous en avons entendu ; et d’autant plus appréciable. La raison ? Virus, cours du Bath élevé ? On ne sait pas bien, mais on est ravis.

On reprend nos vélos et on se dirige dans le parc historique, pour piquer un petit somme à l’ombre des grands arbres, au son des oiseaux qui chantent. On se repose un peu plus de deux heures, on en avait besoin ! Dès qu’on se réveille, on reprend nos vélos, puis on part visiter un dernier temple. Sur la route, on attrape une petite glace, et on croise des éléphants qui promènent des touristes. Cela nous fend le cœur. Pour découvrir la vérité sur les éléphants en Thaïlande, je vous invite à lire cet article.

Pour rappel, les éléphants sont maltraités dès leur plus jeune âge pour accepter de porter les humains. De plus, leurs côtes ne supportent pas plus de 150kgs, et la nacelle seule (sans humain dedans, donc), pèse près de 300kgs. Résultat, les éléphants ont les côtes cassées.

Temples

Nous visitons un dernier temple, puis décidons de rentrer. On se change (les vêtements longs étaient de rigueur pour visiter les temples), puis ressortons direction le marché de nuit. Il n’est que 17h30, et pourtant il y a énormément de monde. Les Thaïs mangent tôt, et la veille le marché fermait aux alentours de 20h. Nous sommes encore une fois presque les seuls farangs du coin.

Les stands de nourriture défilent, et nous ne savons plus où donner de la tête. On décide d’acheter chacun plusieurs petites choses et de nous asseoir avec nos victuailles. On se régale avec de nombreux plats pour bien moins de 3€ par personne : miam ! Nous reprenons ensuite la direction de nos chambres, car demain nous reprenons nos vélos !

10 Février 2020 : Encore des temples !

Ce matin, nous mettons de nouveau un réveil : nous voulons profiter de la journée. Je ne suis toujours pas en grande forme, mais je peux tout de même visiter la ville. Nous commençons par déjeuner avec des sortes de pâtisseries à base de riz et de fruits secs, vendues par une dame dans la rue, puis nous partons à la découverte de la ville à pieds. Nous avons le temps et le soleil est caché derrière quelques nuages.

Au programme, nous avons 4 temples à visiter. Encore une fois, la ressemblance avec Angkor est frappante, et il n’y a pas grand monde. Peu à peu, le soleil sort et la chaleur devient torride (36° en ressenti !). Je deviens de plus en plus molle…

Nous tombons sur un temple abritant un Bouddha doré de plus de 24 mètres de haut, très fréquenté par les Thaïs. L’ambiance est au recueillement, et nous sommes impressionnés par l’endroit. Aujourd’hui est un jour férié, et il y a plus de monde que d’habitude : nous voyons également de nombreuses offrandes.

Après un moment à profiter de l’endroit, nous allons visiter le dernier temple de la journée, puis allons manger. Le lieu ne paie pas de mine, mais nous mangeons bien. Dans ces petites gargotes noires de graisse, faites de bric et de broc, nous ne sommes jamais déçus. Sur le chemin du retour, nous voyons trois énormes lézards (d’au moins 1m20 de long) se promener le long des rives. Cyril me prévient en criant au crocodile, je ne le crois pas. Lorsque je les vois de mes propres yeux, je n’en reviens pas !

On se repose tous les 3 pendant 1h avant de repartir pour une promenade de 2h en bateau. Nous embarquons avec d’autres personnes dans un bateau au ras de l’eau pour une « croisière » au coucher de soleil, à la découverte des temples situés en-dehors de la ville. Nous commençons par un temple d’inspiration chinoise, l’un des plus beaux que nous ayons vus. Il abrite lui aussi un Bouddha géant assis. Nous n’avons qu’un arrêt de 20 minutes, et cela ne nous suffit malheureusement pas à en profiter pleinement.

Croisière au coucher de soleil

Nous reprenons le bateau, et visitons deux temples supplémentaires. Le dernier est particulièrement bien mis en valeur avec le coucher de soleil, et la vue est magnifique. Nous en faisons le tour, et il est déjà l’heure de repartir ! Les deux heures sont passées particulièrement vite.

Nous finissons la journée par un repas dans la rue, au bord de la rivière que nous venons de remonter. Devinez quoi ? On se régale !

11 Février 2020 : Après Ayutthaya, Lopburi, la planète des singes

Nous décidons de visiter la ville de Lopburi à la journée. Celle-ci est plutôt petite, proche de Ayutthaya, et cela nous évite de trimballer nos gros sacs pour seulement une nuit.

Après une petite heure de train, nous arrivons à Lopburi. Cette ville est connue pour être envahie par plus de 5000 singes, considérés comme les fils du dieu Hanuman. Ainsi, chaque année un buffet géant en leur honneur a lieu : c’est un véritable festin pour les singes !

Très vite, nous voyons les premiers singes dans la ville. Cela lui donne un air apocalyptique. On se rend vite compte qu’ils sont partout : aux fenêtres des habitations, sur les trottoirs, les routes, sur les fils électriques, les toits… et mêmes dans les magasins !

Les singes sont assez calmes, car il n’est pas encore 10 heures et aucun touriste ne les ont excités avec des friandises. Nous n’en menons pas large, mais nous pouvons passer à coté d’eux sans être importunés. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de singes, et je suis impressionnée (et terrifiée !). Ils sont beaux à voir et intéressants ! Ils se balancent sur les fils, et on se dit que cela doit causer de gros dégâts à la ville. Leur regard est humain, leurs attitudes aussi. On se rend vite compte que la hiérarchie est forte dans les groupes !

Lopburi

Tout à coup, on tombe sur un magasin de pièces automobiles rempli de singes. Ils sont assis sur les bureaux, et chacun vaque à ses occupations sans s’occuper d’eux. Les vieux singes reprennent les jeunes qui essaient de sauter sur les clients. Ce spectacle nous méduse. Le propriétaire vient nous voir, et commence à discuter avec nous. Il se prend de sympathie pour notre petit groupe et va chercher des sucres d’orge, qu’ils balancent dans son magasin !

Les singes accourent de partout, et le magasin en est maintenant rempli. Le monsieur nous fait asseoir au milieu, nous n’en menons pas large. Quel spectacle incroyable ! Les propriétaires sont vraiment gentils et font durer le spectacle à grand renfort de friandises. Ils nous expliquent que différents clans ont envahi la ville, et que ceux qui vivent dans leur magasin n’ont pas le droit de traverser la route sous peine de se faire attaquer par un clan adverse. Les territoires sont très marqués !

Après un bon moment à observer cela, nous reprenons notre route. On s’arrête près d’un temple envahi de singes, où des touristes prennent la pause (et les nourrissent). On remarque immédiatement que les singes sont beaucoup plus excités, et on reste loin. D’ailleurs, plusieurs personnes se font voler des affaires… Alors que l’on a le dos tourné, un bébé singe saute sur Cyril. Gloups, cela ne nous fait pas rire : la rage sévit par ici. Si Cyril se fait griffer/mordre, nous devons filer le plus vite possible à l’hôpital.

Il tente de lui voler sa Gopro, puis grimpe sur sa tête pour goûter ses cheveux et l’épouiller. J’ai très peur qu’il arrive quelque chose, mais heureusement le singe redescend sans encombre. Pour nous remettre de nos émotions, nous nous arrêtons dans un stand boire un petit Iced coffee. On assiste à cette occasion au spectacle des chiens qui chassent les singes pour les empêcher de pénétrer dans le petit restaurant.

Lorsque nous nous sommes calmés, nous nous rendons au temple principal de la ville, à deux pas d’ici. Ce temple est entouré de grilles, c’est ici que vit l’un des clans de singes de la ville. Dans le temple, les Thaïs font de nombreuses offrandes, ensuite redistribuées aux singes, qui sont nourris 3 fois par jour : têtes de porc, fruits et sodas. A l’entrée du temple, des gardes bénévoles vérifient que les singes ne volent pas les offrandes avant leur repas. Renseignements pris, la population des singes augmenterait de 10% par an. Ainsi, dans quelques années la ville risque de compter plus de singes que d’hommes !

Alors que nous ressortons pour observer les singes dans les arbres, un bébé me saute dessus. Je suis tétanisée : il ne faut de toutes façons pas bouger pour ne pas risquer de se faire mordre. Il grimpe sur ma tête, et tire sur l’une de mes boucles d’oreilles… qu’il me vole. Mince… Tout à coup, un deuxième bébé doit trouver l’idée bonne car il me saute lui aussi dessus. J’essaie de rester calme, mais ce n’est pas facile. Ils tripotent mes cheveux, sans doute à la recherche de poux (!). L’un d’entre eux ouvre ma robe portefeuille et passe sa main vers ma poitrine. Je ne bouge toujours pas, espérant qu’ils se lassent.

Lopburi

Heureusement, Cyril arrive à attirer l’attention de l’un des bénévoles qui met en fuite les sacripants. Celui qui a volé ma boucle d’oreille s’enfuit avec, et nous ne la retrouverons pas. Disons que c’est une offrande ! Je suis toute flageolante, et nous partons vite. Au passage, un bébé saute sur le sac de Véro, et nous fuyons.

Nous avons de la chance : nous avons un train très rapidement pour rentrer. On mange un bout en arrivant, puis nous filons nous reposer et avancer sur nos récits. Demain, nous changeons de ville !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *