Bangkok

Bangkok

31 Janvier 2020 : On récupère Véro !

Après avoir atterri l’avant-veille à Bangkok de Koh Lanta puis rejoint le centre-ville, nous nous réveillons tôt ce matin : aujourd’hui, nous allons chercher ma maman à l’aéroport ! Elle nous rejoint pour 27 jours de voyage en sac à dos, sauce Cyril et Marianne !

Après un petit tour en Grab puis un trajet en BTS (métro aérien), nous voilà à l’aéroport : il n’y a plus qu’à prendre notre mal en patience. Le temps s’écoule, et l’avion finit par atterrir. On se place à la sortie de l’aéroport, et on attend. Finalement, on aperçoit une petite tête blonde parmi les arrivants : la voilà ! On est émus, pressés aussi, et Véro aussi : elle courre avec son petit charriot pour nous retrouver. On se prend dans nos bras, heureux de se retrouver ! C’est à la fois bizarre et pas bizarre de se retrouver ici, à l’autre bout du monde. On n’a pas vraiment l’impression de s’être quittés déjà 6 mois, et c’est naturel de l’accueillir dans notre duo.

On a plein de choses à se raconter, et le trajet jusqu’à notre guesthouse se passe bien vite. On prend possession de notre nouvelle chambre (triple), et Véro déballe son sac. Wahouuu, on a plein de surprises de sa part et de celle de Céline, la maman de Cyril ! Au menu : au moins 5 fromages différents, du pain fabriqué spécialement pour nous sur commande de Céline, des biscuits de Noël faits avec amour par Céline, des bonbons, du chocolat, des produits dont on avait besoin, une robe pour moi en échange d’une dont je ne me sers pas, des nouvelles baskets… C’est presque Noël !

On décide de se faire un petit pré-repas de fromages, de biscuits et de chocolat pour se requinquer. Hmmm, que c’est bon de pouvoir manger tous ces mets. Le fromage est vraiment une création divine, il n’y a pas à dire ! On transvase un peu nos sacs, on vérifie que tout rentre, puis nous décidons de décoller pour nous promener un peu en ville, avec que la fatigue n’achève Véro : elle a dormi moins d’une heure cette nuit !

On commence par aller retirer de l’argent, puis nous prenons la direction du débarcadère le plus proche de nous. Bangkok est traversée par le fleuve Chao Praya, véritable veine de la ville, et des bateaux publics qui fonctionnent comme des bus (et qui ne coutent presque rien) le sillonnent, ce qui est bien pratique pour se déplacer. Nous allons nous rapprocher des temples, et rien de tel qu’une petite promenade fluviale pour les rejoindre !

Alors que l’on marche dans les rues, on s’amuse de voir Véro s’étonner de la vie asiatique. Ce qui nous parait aujourd’hui normal est sans doute très spécial pour un œil nouveau ! On lui explique ce que l’on sait, on prend plaisir à partager nos quelques connaissances. On achète nos tickets, puis nous attendons le bateau. Le long du débarcadère, d’énormes poissons grouillent : on n’a pas envie de tomber dans l’eau.

Après une dizaine de minutes, notre navette arrive. Le capitaine est guidé par un homme au sifflet. Le bateau s’amarre, l’homme siffle, et en une minute les gens montent et descendent ; et hop il repart ! Il ne faut pas traîner ! La contrôleuse crie dans tous les sens, sermonne ceux qui restent dans le passage, mais on voit qu’elle s’amuse à nous crier dessus et cela me fait rire aussi. La navette est ultra rapide, et nous manquons de louper notre arrêt : heureusement, notre contrôleuse gentille/pas commode nous fait sortir à temps.

 Nous prenons un traversier, et nous arrivons enfin à destination. Aujourd’hui, nous visitons le temple Mahathat. Oups, les grilles sont fermées… un homme habillé avec une veste « Sécurité » nous explique que le temple est fermé à cause du coronavirus, mais qu’il connait d‘autres endroits, et qu’il peut nous emmener… AH ! Un tuk-tuk déguisé en sécurité, c’est la première fois que nous voyons cela. Évidemment, son histoire est montée de toutes pièces, et le temple est ouvert. Nous marchons un peu et trouvons l’entrée par hasard. Le temple est beau, et l’atmosphère est apaisante. C’est aussi un centre de méditation ! Nous entrons dans le temple et contemplons l’immense Bouddha doré en son centre. Nous nous asseyons un peu pour nous reposer.

Bangkok

Après cela, on repart ! On se perd dans les rues, et arrivons à la très connue Khao San Road, la rue routarde, la rue de tous les vices. La nuit n’est pas encore tombée, mais on sent déjà l’animation ambiante. Il y a du monde, de nombreux stands, vendeurs ambulants, bars… On s’arrête boire un verre pour s’imprégner un peu de l’ambiance. Ici, les vendeurs sont un peu insistants, c’est la première fois que nous voyons cela en Asie.

Alors que la nuit tombe, nous nous trouvons une petite gargote qui propose de la street food : ça tombe bien, c’est l’heure de dîner ! On mange des plats typiques Thaï, et en profitons pour faire découvrir cette cuisine à Véro : à priori, ça lui plaît ! Il n’est pas très tard, mais on est tous fatigués, alors on décide de rentrer : il faut que l’on soit en forme pour les jours à venir, et Véro a du sommeil à rattraper. On remonte le quartier de Khao San, qui s’illumine maintenant que la nuit est là. Je m’achète une glace rouleaux (miam), et on marche tranquillement jusqu’à l’auberge. Ici, on trouve vraiment de tout à manger : scorpions, mygales, blattes (beurk !), grillons… C’est impressionnant !

Après un peu plus d’un km, nous sommes arrivés. On prend une douche bien méritée, et on file se coucher !

1 Février 2020 : Une journée consacrée aux marchés

Ce matin, nous nous levons vers 8h : une bonne journée nous attend ! Nous prenons notre petit-déjeuner dans la chambre, puis nous partons en direction du marché Khlong Toei, un peu en-dehors du centre-ville. Ce marché a la particularité d’être très grand, mais surtout méconnu des touristes : c’est l’assurance pour nous d’être immergés dans la vie locale !

Nous prenons la direction de l’embarcadère le plus proche pour prendre le bateau, et tombons sur sur un premier joli marché de rue. C’est la première fois que Véro voit un tel marché, avec tout ce qu’il représente d’exotique : viandes de toutes sortes en plein air, crapauds, anguilles, poissons vivants, grosses crevettes, mais aussi fruits et légumes de toutes sortes. Nous passons un moment ici, avant de rejoindre le bateau.

Celui-ci nous laisse dans le centre-ville, proche d’une station de métro : nous ne sommes pas encore arrivés ! Alors que l’on se dirige vers le métro, un homme nous arrête, nous dit être médecin (?), et commence à papoter avec nous. Petit à petit, mon radar à arnaque s’allume ! Il nous explique que notre marché n’ouvre qu’à 15h (bizarre, pour un marché), mais qu’il connait un endroit où l’on peut faire un tour sur les khlongs (canaux) de Bangkok. Il se propose même de nous emmener voir un batelier ! Là, je comprends qu’effectivement, toute son histoire, c’est du flan. On le remercie, puis on repart. Véro par contre, se serait fait avoir ! Elle le croyait, il avait l’air gentil (haha).

Finalement, après plusieurs dizaines de minutes, nous arrivons à Khlong Toei. Nous posons les pieds dans l’enceinte de celui-ci, et nous ne sommes pas déçus : il est très grand, très animé, très coloré, c’est un superbe marché ! Un des meilleurs exemples de marché asiatique que l’on puisse voir. Nous commençons par la section des viandes et des poissons. Nous avons de la chance, tout ici est très frais, et les odeurs ne sont pas trop terribles. Véro a l’air impressionnée par tant de choix. Nous tombons sur quelque chose qui ressemble à des intestins, mais qui sont en fait des fœtus de porc accrochés au placenta de la mère. La vendeuse nous explique que c’est délicieux. Peut-être, mais on ne goûtera pas !

Les quantités sont impressionnantes, et les grosses crevettes bleues nous font de l’œil. C’est vrai que ça donne envie de cuisiner ! Nous pataugeons dans l’eau boueuse, nous serrons contre les étals pour laisser passer les chars à bras, nous sommes les seuls farangs (étrangers de couleur blanche) de l’endroit. On est ravis ! Tout le monde nous sourit, les Thaïs ont l’air contents de nous voir ici.

Après la section viandes et poissons, nous passons du côté des fruits et des légumes. Cette fois-ci, c’est la fraîcheur des herbes et leur bonne odeur qui nous surprend. On trouve encore une fois de toutes sortes de produits, des légumes et des fruits encore jamais vus. La quantité de piments est aussi exceptionnelle ! Leur prix aussi : ici, tous les prix sont affichés, et ils sont bas. Cela change du Cambodge ou du Vietnam, où les prix étaient à la tête du client.

Khlong Toei Market

Nous goûtons aux pâtes de riz gluantes, qui enrobent un cœur sucré (à la coco) ou salé (à l’ail), et on se régale ! C’est un délice. Nous déambulons dans le marché, étonnés à chaque nouveau stand. Nous croisons même ce qui semble être des rats rôtis. Incroyable ! Nous passons ensuite dans la partie du marché aux bêtes, où nous observons de nombreuses volailles. Le spectacle est un peu triste, et nous ne nous attardons pas. Nous voyons également des crapauds dans des filets et des insectes grillés. Pour cette fois, nous passons notre tour !

L’heure de manger approche, et nous décidons de nous rendre à Little India. Hop, ni une, ni deux, nous sommes sur place. Nous croisons quelques boutiques qui vendent des armes, nous achetons des petits gâteaux, puis on se promène dans le quartier. Le marché indien est vraiment petit, mais on voit tout de même de belles étoffes et de jolies tenues. On finit par trouver une gargote qui ne paie pas de mine, mais où il y a du monde : bingo ! On commande des Pad Thaï et une soupe Top Yum. Tout est excellent, bien que très (trop !) piquant.

Ensuite, nous repartons direction notre guesthouse pour nous reposer un peu avant la soirée qui s’annonce chargée. Peu avant 19h, nous nous embarquons dans un long périple jusqu’au Talad Rot Fai Market, un marché de nuit fréquenté uniquement par les Thaïs, qui n’a lieu que le week-end. Nous mettons plus de 2h pour arriver sur place : ça se mérite ! Pour autant, nous ne regrettons pas notre choix : le marché a une véritable âme, une ambiance particulière : il est axé sur le vintage.

L’endroit est résolument branché, et nous sommes encore une fois les seuls farangs ici. L’endroit dédié à la street food est gigantesque : jamais nous n’avons vu un food court pareil. Les stands sont variés et donnent tous envie : c’est difficile de ne pas craquer à chaque instant ! Le lieu est magique. Nous prenons notre temps et nous imprégnons des lieux : Cyril et moi adorons l’endroit !

Talad Rot Fai

En fin de soirée, nous nous arrêtons dans un restaurant de hot pot à volonté. Nous pouvons manger autant de jolies crevettes, de légumes et de viande que nous voulons ! C’est vraiment bon et sympa. C’est la première fois que nous mangeons dans ce type de restaurant. Nous rentrons en Grab Taxi vers 1h du matin, après une superbe journée.

2 Février 2020 : Chatuchak Market à Bangkok, le plus grand marché d’Asie

Ce matin, on se réveille tard : 10h30 pour ma part ! Nous sommes fatigués après la soirée passée, et nous jouons une partie sur la durée, il ne faut pas l’oublier : nous ne voyageons pas de la même façon que les vacanciers. Si on ne veut pas être épuisés et ne profiter de rien, il faut que l’on se ménage !

On se prépare, puis on part direction Chatuchak Market, le plus grand marché d’Asie. Il n’a lieu que les week-ends, et est particulièrement animé le dimanche. Sur place, nous ne sommes pas les seuls étrangers, loin de là ! Le marché est tentaculaire, et on y trouve de tout. Décoration, plantes, animaux, nourriture, souvenirs… tout y passe !

Nous nous promenons tranquillement dans les allées, on profite bien que le marché ne soit pas très authentique. Les items proposés sont tout de même jolis, alors on en profite ! Nous mangeons un bout dans un petit stand du marché, puis nous repartons. Nous passons par le côté dédié aux animaux, et nous sommes impressionnés de voir toutes les espèces répertoriées : chiens, chats, lapins, oiseaux, reptiles, araignées, poules, ratons laveurs, écureuils, marmottes, suricates, poissons… Nous sommes tristes de voir tous ces animaux en cage, et nous ne nous attardons pas tellement.

Alors que l’après-midi touche presque à sa fin, nous nous arrêtons pour souffler, et terminons notre tour de marché par un massage de pieds pour Cyril et Véro. Ils ont l’air d’apprécier, surtout après toute cette marche !

Chatuchak market

Après cela, on fait un tour dans le parc adjacent, puis rentrons à l’auberge. Cyril me teint les cheveux (salut le blond !), et nous avançons sur nos récits. Nous ressortons manger dans un petit restaurant de rue, où nous nous régalons, puis rentrons nous coucher : demain, une grande journée nous attend !

3 Février 2020 : Une journée consacrée aux temples !

Ce matin, le réveil nous tire tous difficilement du lit : il est 7h, et nous nous sommes couchés assez tard hier. La fatigue s’accumulant, nous ne sommes pas très frais. Pourtant, il ne faut pas trainer : aujourd’hui, nous avons de nombreuses visites qui nous attendent.

On se prépare, puis on file direction le Grand Palais, qui abrite la résidence royale ainsi que le Wat Phra Kaeo ; le temple qui recèle un Bouddha de jade de 68 cms, taillé d’une seule pièce, extrêmement vénéré.

Il est 8h30 lorsque nous arrivons, c’est donc parfait : nous arrivons pile pour l’ouverture, et évitons ainsi les grosses foules. Nous avons tous pris le soin de couvrir nos épaules et nos jambes jusqu’aux chevilles, et pouvons donc entrer sans difficulté dans l’enceinte du bâtiment.

Nous sommes frappés par la beauté des lieux. Les édifices sont tous exceptionnels, ornés de nombreux détails, dorures, gravures, mosaïques… L’endroit est vraiment beau, et ne ressemble à aucun autre. Nous passons un long moment à observer l’architecture, les détails, à prendre des photos… Nous contemplons également le Bouddha de jade, ainsi que le Palais Royal. Nous sommes ravis de notre visite, et ne regrettons pas l’investissement.

Palais royal Bangkok

Après presque 3 heures dans l’enceinte du Palais, nous partons manger un morceau. Ça tombe bien, j’ai repéré un petit restaurant tout à côté, très pratique ! Ce que l’on mange est excellent, très joliment présenté. On se régale, et on se repose en même temps : ce n’est pas du luxe ! Nous commençons tous à fatiguer.

Après le repas, nous sautons dans une navette (avec une bonne glace coco) pour assister à une représentation de danse traditionnelle, inclue dans le prix de l’entrée du Grand Palais. On a de la chance, nous sommes presque les premiers à entrer dans la salle, et on peut donc choisir les meilleures places.

Le spectacle commence, et bien qu’il soit court (une demi-heure), il est joli et de bonne qualité. Les costumes sont beaux, et cela nous permet d’avoir un aperçu du folklore Thaï : génial ! C’est aussi l’occasion de nous reposer un petit peu. On termine la représentation par une petite photo avec les danseurs, puis repartons sur la route.

Nous enchainons avec le Wat Pho, le temple du Bouddha couché. Ce temple est connu pour son Bouddha de 43 mètres de long et 15 mètres de haut, tout doré à l’or fin et décoré de nacre. Nous passons encore une fois un long moment dans le temple, à profiter de la beauté des lieux. Le Bouddha couché est effectivement gigantesque, et nous restons stupéfaits devant une telle entreprise. On se demande aussi si le bâtiment a été fabriqué avant, ou après la statue géante.

Marché aux fleurs

Après ce temple, nous passons par le marché aux fleurs. C’est un marché de gros, surtout animé dans la nuit, alors que les grossistes reçoivent leurs cargaisons. Les fleurs y sont nombreuses, et les porte-bonheurs (colliers de fleurs, bracelets de fleurs à accrocher dans la voiture, dans la maison) se trouvent à chaque stand. C’est vraiment beau à voir, les couleurs sont vives. J’aime beaucoup les fleurs, et je suis servie ici !

Nous faisons ensuite un petit tour au marché aux épices, juste à côté. Après cela, nous nous dirigeons vers le Wat Arun, l’un des emblèmes de Bangkok. Nous décidons de nous poser devant le temple en attendant que la nuit tombe, car c’est à ce moment qu’il devient le plus beau, car il s’illumine. On profite du lieu, et remarquons que depuis le début, il y a finalement assez peu de touristes : c’est cool !

Wat ARun et Bouddha couché

Vers 18h30, le temple s’illumine et devient magique. C’est vraiment superbe ! Nous en profitons, puis décidons de rentrer en prenant la navette fluviale. Après une bonne douche, on mange un morceau au restaurant pour Cyril et Véro, du fromage pour moi ; et allons nous coucher : on est rincés !

4 Février 2020 : L’autre facette de Bangkok

Ce matin, on décide de ne pas se lever trop tôt : il faut nous économiser ! Cyril et Véro vont chercher quelques fruits pour le petit-déjeuner que nous prenons dans la chambre, puis nous faisons un tour dans le marché à côté de l’auberge. Nous tombons sur plusieurs stands de restauration, mais aussi sur les traditionnels poissons vivants, viandes en plein air, fruits et légumes. Une gentille dame nous offre même une crêpe qui semble fourrée à la barbe à papa, qui se révèle délicieuse.

Après cela, on rentre une petite heure à l’auberge, puis ressortons manger notre repas de midi. On opte tous pour un Tom Yum, une soupe traditionnelle épicée, très bonne. Le ventre bien plein, nous nous dirigeons direction l’embarcadère pour prendre le bateau jusqu’à l’ICONSIAM, un centre commercial de luxe, le plus grand de Thaïlande.

Le bateau nous dépose en face du centre commercial, qui a l’air immense. Ici, nous sommes dans le cœur moderne de la ville, et nous sommes frappés par tant de différence avec le centre-ville. On se croirait à New-York ! Une navette gratuite qui traverse le fleuve nous dépose aux portes de l’ICONSIAM.

ICONSIAM

L’endroit est futuriste, et l’intérieur comme l’extérieur respirent le luxe et la propreté. Un portier nous ouvre les portes (sans blague), et nous voilà baignés dans un décor encore jamais vu : on a presque l’impression d’être à Disney. Tout est magnifique : les sols, les plantes suspendues, les fontaines murales… C’est difficile de mettre des mots sur tant de beauté. Nous avançons, et découvrons le rez-de-chaussée, consacré à la nourriture et dont le décor fait honneur aux 77 provinces du pays. Pour vous donner une idée, le centre commercial fait 525 000 m².

Nous avons l’impression d’être dans une ville miniature, superbement décorée. Nous avons la chance d’assister à un spectacle de danse traditionnelle, vraiment joli, devant l’une des entrées. Je me sens privilégiée de pouvoir visiter un lieu pareil, si futuriste. On fait un tour aux toilettes, qui sont magnifiques, puis changeons d’étage (il y en a 7 !).

Chaque étage a sa spécialité, et nous avons la surprise de voir que chaque toilette sont différentes. A l’étage consacré aux voitures de luxe, les toilettes sont surprenantes : la cuvette s’ouvre lorsque nous entrons car ce sont des toilettes japonaises ! C’est donc un petit jet d’eau qui nous nettoie, suivi d’un coup de séchoir. D’ailleurs, la lunette est chauffante ! C’est vraiment une expérience amusante.

On découvre le centre commercial avec plaisir : ici, une petite salle de cinéma gratuite pour regarder les matchs de foot, là, un endroit pour se reposer ; ici encore une superbe terrasse qui offre une vue magnifique sur les buildings de la ville. Nous goûtons au Durian, ce fruit qui sent si mauvais qu’il est interdit dans les transports en commun et dans les hôtels. Beurk ! Ce n’est pas très bon, ça a le goût de l’odeur ! Ce n’est vraiment pas terrible.

ICONSIAM

Nous montons jusqu’au dernier étage, où sont présents de magnifiques restaurants avec une cascade centrale qui tombe du plafond. Nous restons sans voix devant tant de modernité. C’est la première fois que nous voyons une chose pareille ! Malheureusement, nous ne pouvons pas accéder à la terrasse qui offre une vue encore meilleure sur la ville, car elle est occupée par un bar/restaurant.

Nous passons plus de 4 heures dans cet immense bâtiment, charmés. Comme cerise sur le gâteau, nous avons le droit à un spectacle son et lumière de jets d’eau sur l’immense fontaine extérieure. La nuit tombe, et la vue est magique avec les buildings qui s’allument un à un. On est ravis de notre après-midi.

Après cela, direction Chinatown, non loin de là. Le quartier est particulièrement attractif la nuit, où les néons se détachent du ciel et où les stands de street food envahissent les trottoirs. Effectivement, nous ne sommes pas déçus ! On se croirait en Chine ! Les restaurants de rue sont nombreux, et il y a la queue pour y manger.

Chinatown

En même temps, les stands font envie : fruits de mer brillants, homards, barbecues… Miam ! L’ambiance est au rendez-vous. Nous faisons le tour du quartier, puis choisissons un petit stand un peu à l’écart. Nous mangeons bien, pour peu cher. On repart faire un tour, puis finissons par sortir du quartier : nous reviendrons le lendemain pour explorer les rues commerçantes, maintenant fermées.

On prend un Grab pour rentrer pour une poignée de Baths (moins cher que les transports à 3 !) : demain, nous changeons d’hôtel !

5 Février 2020 : Dernier jour à Bangkok

Ce matin, on ne traine pas trop : une journée assez chargée nous attend. On commence par descendre prendre notre petit-déjeuner dans la rue, dans les stands de street food en bas de l’auberge. On trouve de quoi bien manger, sucré et salé selon les goûts pour 3 fois rien !

Après cela, on récupère nos gros sacs pour changer d’hôtel : demain, nous partons très tôt pour l’est du pays, et nous voulons éviter de nous lever à 3h du matin. On se rapproche donc de la gare. Après un petit tour en Grab, on récupère notre chambre et on peut laisser nos sacs pour continuer notre visite.

L’hôtel est situé dans Chinatown, ce qui est très pratique pour continuer notre visite de la veille. Cette fois, le quartier a changé de visage : les vendeurs ambulants, échoppes, magasins ont envahi la rue. Le quartier est encore plus animé qu’en pleine nuit ! Il y a beaucoup de monde, étonnamment peu de touristes : tant mieux !

Nous passons par de toutes petites ruelles débordantes de vie. Il y a de la nourriture partout, mais aussi toutes sortes de marchandises : on se croirait chez Aliexpress ! Le quartier est gigantesque, et nous sommes très contents d’être revenus y faire un tour pour en avoir une meilleure vision. On passe un très bon moment, et j’achète des écussons pour décorer mon sac à dos.

Il est bien plus de midi, et nous commençons tous à fatiguer. Cyril rêve de manger au MacDo depuis plusieurs mois déjà, et nous cédons à sa requête : il y en a un tout prêt. L’endroit est sur-climatisé, mais nous nous régalons. D’ailleurs, il est situé dans un endroit qui s’appelle Mega Game Zone… Il ne nous en faut pas plus pour nous aventurer dans le bâtiment !

Mega game zone

On se retrouve dans un centre commercial de 6 étages entièrement dédié aux jeux-vidéos et aux animés. On trouve tout ce que l’on aime : consoles rétros, jeux, figurines, porte-clés, merchandising… On passe un long moment à observer cet univers que nous aimons tant. C’est un endroit génial !

Finalement, on lève l’ancre : on a encore des choses à voir ! Nous partons en direction des Khlongs, les canaux de la ville qui mesurent plus de 350 kms de long. La plupart des visiteurs décident de louer un long tail boat, un bateau privatif pour les visiter ; mais l’option est trop chère pour nous, surtout qu’il en existe une bien plus authentique : attraper une navette publique qui remonte les canaux, dont les habitants se servent pour rentrer chez eux ou aller travailler.

Après avoir déjoué un petit Jean-Michel arnaque, nous sautons (littéralement !) dans un bateau très bas. A peine assis, le bateau démarre déjà : ici encore, ça ne traine pas ! Nous sommes les seuls farangs de l’épopée. Les Khlongs sont très surprenants : ce sont des petits canaux bordés par des habitations traditionnelles en bois, au-dessus de l’eau. Par endroits, la nature est exubérante, et c’est étonnant de voir des palmiers, des bananiers en plein cœur de Bangkok. A chaque arrêt le bateau se remplit un peu plus, pour finir complètement plein. De notre côté, nous observons la vie locale : petites habitations, linge qui pend aux fenêtres, personnes qui rentrent du travail… Le bateau bouge beaucoup et envoie de grands jets d’eau sur nous !

Khlongs

Finalement, nous arrivons à un arrêt et nous devons tous descendre pour changer de bateau. Apparemment, chaque bateau parcoure une portion des canaux. On ne comprend pas trop, et on se retrouve à sauter sur le quai. Heureusement, une Thaï nous aide bien. Un autre bateau est à quai : c’est celui qui parcoure la deuxième portion.

On arrive devant, mais il part déjà : mince ! On attend un peu, et en voilà un deuxième, mais désormais le quai est rempli : si on veut une place, il faut faire vite. Tout le monde se glisse très très vite dans le bateau, nous aussi. Ouf, on a une place ! Un tickettier vient nous voir, mais on ne comprend pas bien : nous avons déjà payé un premier ticket. Finalement, il abandonne face à notre incompréhension.

Ici encore, nous apprécions notre petite promenade si typique. C’est vraiment un moment unique, et nous sommes heureux d’être plongés dans la « vraie vie ». Au bout d’un moment, nous descendons (vite vite) pour reprendre un bateau en sens inverse. Celui que nous attrapons est un peu différent, et il est plus facile de monter. Cette fois, il n’y a pas grand monde et nous avons toute la place dont nous avons besoin.

Nous sommes frappés par le contraste entre les hauts buildings et les petites maisons en bois. Combien de temps encore ces dernières vont-elles subsister ? Nous nous arrêtons dans un quartier moderne pour notre dernier stop dans la capitale : la deuxième plus haute tour de Thaïlande, afin d’avoir une vue panoramique à 307 mètres de hauteur sur la ville.

Ce quartier (Pratunam), est aussi très animé, et les marchés côtoient les gratte-ciels. On sent qu’il est très touristique. Finalement, on arrive dans le hall de notre building, et Cyril réussit à trouver les bons tickets : direction le 77è étage, puis le 84è !

Déjà au 77è, la vue est à couper le souffle. Ça me donne presque le vertige ! Le soleil est en train de se coucher, c’est magnifique, mais aussi très pollué : on s’en rend bien compte ici.

On décide de grimper au dernier étage, le 84è. Ici, nous sommes en plein air, et nous sommes à 307 mètres de hauteur. Wahouu… La nuit tombe, la ville s’illumine, la vue devient encore plus magique (si cela est possible). Je suis émue, c’est si beau que j’ai l’impression que c’est irréel. Désormais, on voit parfaitement la ville, le smog est devenu invisible. Nous restons des heures et des heures à contempler cette vue magnifique, c’est une merveilleuse façon de clôturer notre séjour à Bangkok.

Tour Baiyoke 2

Nous descendons au 83è étage pour boire notre cocktail inclus dans le prix de l’entrée, qui est très bon. La vue est toujours aussi belle…. On ne s’en lasse pas. Nous remontons au dernier étage, pour profiter une dernière fois de la vue. Désormais, la plateforme tourne, ce qui fait que nous profitons de la vue à 360° sans bouger. Mettre des mots sur les émotions que je ressens n’est pas facile : gratitude, joie, plénitude… C’est merveilleux.

Tour Baiyoke 2

Nous redescendons par un ascenseur de verre qui nous permet de profiter de la vue jusqu’au bout. Cerise sur le gâteau, nous sommes les seuls dedans ! La vitesse à laquelle nous redescendons est folle, et en 2m30 nous sommes en bas du gratte-ciel. Nous sommes restés plus de 3h sur le toit de Bangkok (et même de la Thaïlande !), mais c’est passé très vite.

On s’arrête manger un petit plat dans un stand de rue, puis nous rentrons nous coucher : demain, on se lève à 5h pour aller prendre notre train direction Pak Chong !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *