Koh Lanta

Koh Lanta

5 Janvier 2020 : Nos premiers pas en Thaïlande

Nous avons passé la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande l’avant-veille, ce qui nous a pris la journée et une partie de la nuit. Ce n’était pas de tout repos, mais nous avons eu la chance de choisir la bonne compagnie de bus, ce qui nous a évité pas mal d’arnaques et de mésaventures. Finalement, vers 23h30 nous avons posé nos sacs à dos dans notre petite chambre à Bangkok, bien contents d’être arrivés et d’avoir changé de pays ! Le lendemain, nous nous sommes rapprochés de l’aéroport, afin d’être au plus proche pour notre départ le jour d’après, à 7h40 (donc enregistrement à 5h30 du matin), direction Koh Lanta.

L’aéroport… ? Eh oui, nous allons passer les 25 prochains jours à Koh Lanta, dans le sud de la Thaïlande, afin de prendre des vacances ! Des vacances en tour du monde… cela peut paraître ridicule, mais c’est pourtant très important. En voyage, on se dépense énormément, et on est toujours dans le dépassement de soi : pratique d’une langue étrangère, recherche d’endroits où manger et dormir chaque jour, être sur ses gardes malgré tout car les arnaques sont quotidiennes, négociation des prix… Cela peut vous faire doucement rire, mais le quotidien n’est pas toujours rose et il faut aussi prendre « des vacances » pour ne pas se dégouter du voyage !

Il y a presque 950 kms qui séparent Koh Lanta de Bangkok. Nous voulions prendre un bus entre ces deux destinations afin de limiter notre empreinte carbone, mais malheureusement le timing, le coût du bus (quasiment égal à celui de l’avion, pour 24h de trajet contre 1h30), la sécurité (les routes ne sont pas toujours sûres ici, et encore moins lorsque l’on fait appel à des compagnies privées, pressées par le temps) et la praticité nous ont finalement fait préférer l’avion. On n’est pas très heureux de ce choix, mais c’était le plus sage.

Ce matin donc, notre réveil nous tire du lit à 4h30 : notre avion nous attend ! On ne traîne pas, bien que l’on soit juste à côté de l’aéroport (tellement pratique !), car nous avons nos gros sacs à dos à enregistrer en soute. D’ailleurs, c’est l’occasion de les repeser : 13,8 kg pour moi, 18,6 kg pour Cyril. Dis donc, ce n’est pas rien ! Heureusement que ma maman nous rejoint bientôt, elle pourra récupérer ce dont nous ne nous servons pas.

Comme toujours, j’ai un petit stress au moment de l’enregistrement, sans doute des restes de notre fail en Italie ! Mais tout se passe bien, et nous sommes bien vite dans l’avion, qui est complet. Ça nous fait bizarre de prendre l’avion après tout ce temps ! Cyril dort pendant le trajet, ce qui me fait de super photos, et nous sommes déjà arrivés. Nous n’avons plus l’habitude de trajets aussi rapides !

A peine nos bagages récupérés, une dame nous attrape, elle a mon nom sur un papier : c’est le transfert jusqu’à Koh Lanta. Nous n’avons pas le temps de dire ouf que nous sommes dans un minibus, sur des sièges visiblement rajoutés, vissés au sol. La ceinture de Cyril ne fonctionne pas… bon, pour la sécurité on repassera ! Ce n’est pas très rassurant, car notre chauffeur roule très très vite, et pas très prudemment. On va vraiment rester assis là, à faire comme si de rien n’était, alors qu’au moindre choc on mourra tous ? Apparemment, oui.

Heureusement, une dame finit par sortir, et Cyril peut prendre sa place et s’attacher. Sauvés (quoi, que…). Une petite heure plus tard, notre minivan embarque sur un ferry, et notre chauffeur vient nous demander dans quel hôtel nous résidons. Un autre couple de voyageurs est avec nous, le reste des passagers sont des locaux. Chacun notre tour, on essaie de se faire comprendre, mais notre chauffeur ne parle pas anglais, et cela devient compliqué. Apparemment, il ne peut pas non plus lire l’alphabet latin, ce qui ne nous facilite pas la tâche.

Alors que le minivan repart, notre chauffeur s’arrête à chaque intersection pour demander son chemin et/ou nous demander de descendre, car selon lui, notre hôtel se trouve là. Au début c’est amusant, mais rapidement, c’est pesant. Plusieurs fois, on lui montre notre GPS, et on lui propose même de le guider, mais il n’a apparemment pas confiance en la technologie et refuse. Du coup, on perd au moins 1h à s’arrêter à chaque intersection, et notre chauffeur s’agace de plus en plus. Ben oui Jean-Michel, mais si tu suivais le GPS ce serait tout de même plus simple !

Finalement, un thaïlandais, sans doute aussi agacé que nous, décide de guider notre chauffeur grâce à son GPS. Bizarrement, ce dernier finit par accepter, et HALLELUIA nous finissons par arriver. Ce n’est pas trop tôt ! Pour nos « vacances », nous avons opté pour un hôtel plus haut-de-gamme que d’habitude, pour pouvoir profiter à fond. C’est aussi l’endroit où je fêterai mes 25 ans !

On est très bien accueillis, et on a le souffle coupé par la résidence, notre chambre, le cadre et la piscine. Sur les photos, ce n’était pas aussi joli ! On est vraiment ravis. En plus, le petit-déjeuner est inclus, et il a l’air copieux : miam miam. On meurt de faim, et on se dirige donc vers la plage, à une centaine de mètre de notre résidence. On trouve un petit restaurant local, avec une belle ambiance hippie. D’ailleurs, la plage entière dégage une belle atmosphère, et on s’y sent bien. On mange très bien, pour pas grand-chose, les pieds dans le sable et les yeux dans la mer : c’est magique.

On va tremper les pieds dans l’eau, on se promène un peu dans les rues, puis nous rentrons à l’hôtel pour profiter de la piscine. On apprécie pleinement les moments que nous vivons, et nous sommes plein de gratitude pour ce que nous sommes en train de vivre. Ce voyage était décidément la meilleure décision de nos vies.

Khlong Nin

En début de soirée, nous allons manger une pizza dans une boulangerie française pour fêter le début de nos vacances. Au loin, nous voyons le ciel qui s’embrase : les couchers de soleil promettent d’être magnifiques ! Après ce dîner, nous retournons sur la plage. Là, le spectacle est saisissant : nous avons l’impression d’être tombés tout droit dans un film. Les petits restaurants en bord de plage ont installé des tapis au sol, des bougies, des chaises longues, des lanternes et petites guirlandes lumineuses ; et nombreux sont les gens installés pour regarder le coucher de soleil en musique. Des braseros et flambeaux amènent une lumière douce et chaleureuse, c’est totalement magique.

Nous n’en revenons pas comme l’ambiance a évolué au fil de la journée ! En soirée, l’île est encore plus magique qu’elle ne l’était. On marche au bord de l’eau, et croisons de nombreux crabes, poissons, méduses, et même une seiche ! Tout à coup, alors que nous sommes dans le noir, une lumière bleue attire mon attention. Je ne suis pas certaine de ce que j’ai vu, alors nous continuons notre route. Là, ça recommence ! De nombreux points de lumière bleue, qui s’allument et clignotent au contact de l’eau, apparaissent sur le sable alors que nous marchons dans la mer. Je n’en reviens pas : ce sont des planctons bioluminescents, visibles seulement à quelques endroits sur notre planète, qui scintillent dans la nuit. Je suis émue : ces images, je ne les avais vues que sur internet, et je n’imaginais pas les voir un jour de mes propres yeux. Le spectacle est d’autant plus beau qu’il est inattendu.

La Thaïlande nous ravit en tous points pour le moment : gentillesse des habitants, nourriture, prix de la vie, beauté des paysages. Il faut dire que nous apprécions d’autant plus le pays que nous n’avons pas vraiment apprécié le Cambodge ! C’est une véritable bouffée d’air frais pour nous. Nous allons nous coucher, plus heureux que jamais de vivre cette belle aventure.

8 Janvier 2020 : Un anniversaire pas comme les autres

Lorsque j’ouvre les yeux, je suis tout excitée ! Aujourd’hui est une journée spéciale : c’est mon anniversaire, j’ai 25 ans aujourd’hui ! On descend prendre notre petit-déjeuner, encore très copieux, avec plein de fruits frais, un vrai régal.

Ensuite, on se pose à la piscine, à notre place favorite (des vrais petits vieux !), à l’ombre des arbres, et la matinée se déroule d’une façon bien agréable : lecture, baignade, mais pas de bronzette, car le soleil est très fort ici et nous devons rester à l’ombre si on ne veut pas brûler. D’une manière générale, on a décidé de profiter de la plage en fin de journée, car le vent et le soleil ne pardonnent pas ici. Nos mamans nous appellent pour me souhaiter un bel anniversaire, et je reçois des messages de nos proches malgré la distance. Ça fait plaisir !

Ensuite, nous remontons dans la chambre, et j’ai la surprise de découvrir que Cyril a décoré la chambre spécialement pour moi : ballons par dizaines sur le lit, cœur de Snickers… Il m’a également écrit une jolie lettre, et offert des petits cadeaux. Je suis très touchée, tout d’abord parce-que j’adore les surprises, et ensuite parce-que cela montre qu’il s’est un peu creusé la tête pour me faire plaisir.

On profite de ce joli moment, puis nous partons en quête d’un tuk-tuk pour nous emmener au sud de l’île, où Cyril a réservé un joli restaurant pour la soirée. En Thaïlande, nous ne pouvons pas nous déplacer à scooter, car il faut obligatoirement détenir le permis moto, que nous n’avons pas. Bien sûr, nous croisons énormément d’occidentaux à scooter (sans casque, en maillot de bain…), qui n’ont sans aucun doute pas de permis moto, mais les conséquences en cas d’accident sont graves : aucune assurance ne couvrira les soins nécessaires s’il arrive quelque chose. La Thaïlande, ce n’est pas la France : si vous êtes accidenté, en train de mourir au bord de la route, aucun hôpital ne vous prendra en charge tant que vous n’aurez pas réuni la somme nécessaire à vos soins. La Thaïlande étant un pays développé, les soins s’élèvent souvent à plusieurs dizaines (voire centaines) de milliers d’euros, et les familles restées en France doivent de toute urgence organiser des collectes de fonds pour sauver leur proche. Malheureusement, les fonds arrivent parfois trop tard, et la personne décède avant d’avoir pu bénéficier des soins adéquats… Vous l’aurez compris, on n’est pas prêts à prendre le risque, et on vous conseille vraiment de ne pas le prendre non plus. Les accidents n’arrivent pas qu’aux autres.

On s’arrête dans notre « cantine », en bord de route (où les singes font parfois des intrusions pour voler des fruits, ce qui fait peur !) pour nous acheter une petite boisson à emporter, puis on demande au seul chauffeur de tuk-tuk présent s’il peut nous emmener. Ici, les chauffeurs ont décidé de s’allier et de refuser les applications telles que Grab, et appliquent donc les tarifs qu’ils veulent. Autant vous dire que ces tarifs sont bien au-delà de notre budget backpacker : 300 baths aller, soit presque 10€ pour faire 6 kms. On réussit à négocier sans difficulté, et le prix tombe à 200 baths (ce qui reste énorme !).

On embarque dans un tuk-tuk latéral, avec des banquettes à côté du scooter. L’installation n’est pas de première jeunesse, mais allons-y ! La route grimpe et descend fortement, et notre tuk-tuk a parfois du mal grimper la côte. On est bien contents de ne pas avoir à faire le trajet à pieds !

Sur la route, on croise l’hébergement dans lequel nous étions sensés rester à la base, avant de nous rendre compte qu’il y avait mensonge sur les annonces, notamment au niveau de la piscine, montrée comme étant sur la terrasse de l’appartement, alors qu’elle appartient en fait à un autre hôtel. Suite à cette découverte, nous avons réussi à nous faire rembourser et trouvé notre hôtel actuel. Les appartements ne paient pas de mine, ne bénéficient pas de vue et n’ont même pas de terrasse : on est très contents de ne pas dormir ici ! En plus, la mer est située à presque 1km de cet endroit.

On arrive à la plage, en forme de croissant de lune, et bordée par les arbres : c’est très joli ! On s’installe au soleil, puis à l’ombre des arbres ; lorsque de nombreux singes se rapprochent et se battent près de nous ! On se méfie : une morsure de singe, cela veut dire une visite immédiate dans le centre antirabique (anti-rage) le plus proche afin de neutraliser une potentielle infection. Ils sont si nombreux et si proches que l’on finit par changer de place.

Anniversaire à Koh Lanta

On se trouve un petit coin à l’ombre, où l’on profite de la belle vue. Le temps passe, et le soleil descend petit à petit. La vue devient encore plus belle, et j’ai droit à un magnifique coucher de soleil pour fêter mes 25 ans.

On se change, je me maquille (tout ça sur la plage), et on se dirige ensuite vers l’hôtel de luxe dans lequel Cyril a réservé une table. Le ton est donné : une grande partie de la plage leur appartient, et l’hôtel occupe une grande partie de la forêt à cet endroit. On s’annonce à l’entrée de la plage, et un buggy vient nous chercher pour nous emmener au restaurant. Le trajet est très long (ce qui nous donne une idée de la taille de l’établissement), et grimpe sec : nous sommes tout en haut de l’île, la vue promet d’être magique !

On arrive, et le cadre tient ses promesses : le restaurant est haut-de-gamme, superbement décoré, et la vue sur la baie où le soleil vient de se coucher est à couper le souffle. Les piscines à débordement remplies de pétales rendent la vue encore plus magique, si cela est possible. Les serveuses nous accueillent et nous installent à la meilleure table du restaurant : tout au bord de la falaise, où nous avons une vue plongeante sur l’océan.

Nous prenons un repas complet : en entrée, noix de saint jacques pour moi, tartare de thon pour Cyril ; en plat, crevettes tigres (énoooormes !) pour moi et vivaneau au comté pour Cyril ; et fondant au chocolat pour moi, bananes flambées pour Cyril. Le tout est accompagné de pain, huile d’olive et beurre à volonté. On se régale, et le service est attentionné : c’est une superbe soirée. La nuit tombe et les bateaux se mettent à scintiller.

Anniversaire

Finalement, le repas se termine, et nous repartons. Un buggy nous ramène à la plage, et nous avons le plaisir de voir à nouveau les petites paillettes bleues de bioluminescence sur le sable. Je suis très contente, je souhaitais en voir pour mon anniversaire ! La veille, nous n’en avions pas trouvé.

Au fond de la plage, là où se trouve un énorme totem Koh Lanta, des gens sont rassemblés pour une animation : des Thaïs font un spectacle de feu. Ils exécutent des chorégraphies et des acrobaties avec des bolas et des bâtons enflammés, c’est beau et impressionnant. Il y a même un petit feu d’artifices, et le spectacle se termine par deux bolas gigantesques projetant des étincelles, comme un bouquet final. Nous sommes enchantés !

Nous trouvons un taxi pour nous ramener, et réussissons à négocier le prix : nous payons la même chose qu’à l’aller, ce qui représente tout de même 200 baths d’économisés (soit un repas complet pour deux personnes !). On s’arrête à la plage près de l’hôtel, où nous faisons un tour pour profiter encore de la soirée. On voit de nouveau de nombreux planctons bioluminescents, pour ma plus grande joie : je ne me lasse pas de ce spectacle rare !

Finalement vient l’heure de se coucher, et je suis ravie de cette belle journée : je m’en souviendrai longtemps !

18 Janvier 2020 : On fait des bulles !

Aujourd’hui, nous avons une activité bien spéciale, et que l’on attendait beaucoup : deux plongées ! Ce sera la première fois que nous plongerons en Asie. La veille, nous avons rencontré Jean-Marc et Camille, un couple de Suisses ayant ouvert leur centre de plongée récemment sur l’île : Apo Dhatu Divers. Nous les avons découverts via un groupe de plongeurs sur Facebook, et le courant est tout de suite passé. L’un comme l’autre est adorable, à l’écoute et professionnel : c’est décidé, c’est avec eux que nous plongerons !

Rendez-vous est donné : à 7h20 ce matin, ils viennent nous chercher à l’hôtel pour nous emmener jusqu’au bateau. Nous plongerons avec Camille, direction Ko Ha, à 2h au large de Koh Lanta. Nous montons sur un bateau partagé entre les différents centres, donc très grand (le plus grand bateau de plongée sur lequel nous soyons montés !). Sur le bateau, il y a tout le confort : boissons à volonté, WC, douches, petit-déjeuner, fruits à volonté, et même repas du midi ! C’est la première fois que nous bénéficions d’un confort pareil. D’ailleurs, on a de la chance : il n’y a pas grand monde aujourd’hui, on a donc beaucoup de place.

Le trajet jusqu’au site de plongée se passe bien, la mer n’est pas top agitée et nous discutons beaucoup avec Camille. On s’entend bien, c’est chouette ! On prépare notre matériel (ouf, on n’a pas trop oublié !), et c’est déjà l’heure de se mettre à l’eau. Un grand pas en avant, et plouf, c’est parti !

On entame notre descente doucement, comme toujours, à cause de mes oreilles qui mettent du temps. Ce n’est pas grave, nous ne sommes que tous les trois et Camille est très cool, pas de pression. Déjà lors de la descente, nous assistons à un superbe spectacle : les poissons sont au rendez-vous ! De toutes les couleurs, formes, tailles, ils nous entourent. Il y a des poissons coffres, des diodons (ceux qui se gonflent !), des poissons lions (dangereux car toxiques), des murènes, des poissons clowns, de jolies étoiles de mer, des langoustes, des coraux gigantesques qui ressembles à des tubes aussi larges et hauts que nous, des poissons énormes… C’est un régal pour les yeux ! A chaque coup de palmes, nous découvrons de magnifiques spécimens, d’une taille encore jamais vue. C’est un moment merveilleux, nous en sommes très heureux.

L’eau est chaude, ce qui est agréable, nous visitons une grotte ; et nous voyons (littéralement) des courants d’eau froide : ils sont repérables car légèrement troubles, c’est impressionnant ! Camille a un regard averti et nous montre à plusieurs reprises de jolis spécimens. La plongée se déroule très bien, on reprend vite nos marques.

Après 1h à faire des bulles, nous remontons à la surface. On attache notre équipement sur une nouvelle bouteille d’air pleine, puis on prend une petite collation bien méritée. Nous avons 1h de pause avant notre deuxième plongée ! Le bateau s’ancre tout près du lagon de Koh Ha, et la vue est magnifique. On se croirait au paradis !

Plongée Koh Lanta

On plaisante, on se détend, et le bateau klaxonne : il est temps de se remettre à l’eau ! Hop, ni une ni deux nous revoilà dans la mer.  On palme un petit peu avant de disparaître sous l’eau. La plongée est moins profonde que la précédente, mais encore plus belle si cela est possible. Nous voyons une raie, une raie pastenague à pois bleus, des barracudas les spécimens précédemment cités, mais aussi une tortue, et un mur de millions (oui oui !) de poissons. Ils étaient si nombreux qu’on ne voyait même pas le tombant d’une dizaine de mètres, les poissons le recouvraient complètement. Nous voyons également un tricot rayé, un serpent de mer très venimeux, mais heureusement très petit ! Ici aussi, les coraux, gorgones et éponges sont gigantesques et colorées. On se croirait dans un jardin.

A un endroit, le courant devient très fort et nous devons palmer de toutes nos forces et même nous aider de nos bras (en plongée on ne nage pas avec ses bras) pour avancer. Wahou, c’est sportif ! Même en nageant le mieux possible, on a l’impression de ne pas avancer. Heureusement que cette portion n’est pas trop longue, nous nous serions épuisés !

Après encore une heure de magnifique plongée, il est temps de remonter à la surface. Nous aurions bien voulu plonger une journée de plus, malheureusement nous ne pouvons pas nous le permettre : c’est déjà un très joli cadeau que nous nous sommes offerts ! Nous remontons à la surface et débriefons sur ce que nous avons vu en mangeant notre repas. L’ambiance est détendue, sympathique, nous sommes ravis d’avoir fait confiance à Apo Dhatu Divers pour ces plongées : ce sont sans doute les meilleures plongées et la meilleure instructrice que nous ayons eues !

Nous revenons à la terre ferme, et Jean-Marc nous récupère. Camille nous propose de faire un petit crochet au marché local, ce que nous acceptons avec joie. Le marché est très différent de ceux que nous avons vus jusque-là, avec beaucoup de petites choses à grignoter ! Pour un peu, on voudrait tout goûter. Nous testons les chips de banane (semblables en tous points aux chips classiques, c’est incroyable) et achetons des amuses bouches à base de riz et de coco, enroulés et cuits dans des feuilles de bananier.

Finalement, nos instructeurs nous déposent à notre hôtel et nous nous souhaitons mutuellement plein de bonnes choses : c’était une très jolie rencontre, très inspirante ! Nous sommes vraiment ravis de notre journée. On profite un peu de la piscine, puis nous montons dans notre chambre : la plongée, ça crève !

29 Janvier 2020 : Au-revoir Koh Lanta !

Après avoir changé d’hôtel, il est temps pour nous de clôturer ce joli chapitre. Nous avons eu un véritable coup de cœur pour l’île, où il fait bon vivre, et où le tourisme n’est pas (encore ?) de masse. Ici, les gens vivent en harmonie, se respectent malgré leurs différences, cela fait du bien. On se verrait bien s’installer ici ! On repart avec un petit pincement au cœur, faire nos sacs est un peu difficile. On vous laisse contempler les photos prises lors de différents couchers de soleil :

Couchers de soleil

Il est temps pour nous de repartir su les routes, regonflés à bloc par ces vacances qui nous ont fait le plus grand bien !

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *