Oulan-Bator, capitale de la Mongolie

Oulan-Bator

11 Septembre 2019 – Un long et douloureux trajet !

Il est 6h lorsque l’on se lève, excités et anxieux à la fois. Ce soir, nous serons en Mongolie, à Oulan-Bator ! On quitte notre petite chambre, on salue la propriétaire de la guesthouse, qui nous prend dans ses bras (?), et on part direction la gare routière de Ulan-Ude.

Rapidement, notre carrosse arrive, et on est ravis de découvrir qu’il s’agit d’un grand bus, relativement moderne ! On s’installe, à 7h30 le bus démarre, et les heures commencent à défiler.

A 10h30, on est arrêtés une première fois par un douanier russe, qui monte à bord et demande à voir les passeports et visas russes de chacun. Tout est en règle, on repart.

Quelques kilomètres après, même manège. A chaque fois, on ne sait pas quelle page du passeport on doit montrer : russe, mongol ? Les douaniers sont Bouriates, on n’arrive donc pas à faire la différence !

Finalement, à midi, nous arrivons enfin à la frontière. Tout le monde descend du bus, prend ses bagages, et passe au poste de contrôle. Nos sacs sont passés aux rayons X, nous aussi, puis les chiens passent pour sentir les affaires et les passagers. Heureusement, il ne s’arrête pas sur nous !

Nous passons les contrôles facilement, puis nous arrivons du côté des douanes mongoles, où il faut recommencer le processus. Encore une fois, tout va bien, nous voilà enfin en Mongolie, après tout de même 1h30 de contrôles !

La frontière à peine passée, un groupe de personnes monte dans le bus, nous montrant de grosses liasses de billets : les agents de change clandestins sont là ! On vérifie le taux de change sur notre téléphone, puis on change les quelques roubles qu’il nous reste : les taux sont très avantageux, et cela nous permet d’acheter des chips pour le repas du midi.

Malheureusement, nous n’avons pas de vrai repas, et cela s’avèrera être une erreur. Après 30 minutes, nous repartons, et la route d’asphalte se transforme en route… de terre. Au début, nous pensons à des raccourcis, mais les heures passent, et à 16h, il faut se rendre à l’évidence : la route principale n’est pas goudronnée. En fait, il n’y a quasiment aucune route goudronnée en dehors d’Oulan-Bator.

La route est en très mauvais état, et nous sommes brinquebalés dans tous les sens : il est impossible de lire, de faire autre chose, et même de dormir. En 20 minutes, nous parcourons à peine 5 kilomètres, et la nuit tombe petit à petit.

Vers 19h, nous perdons courage, et on a soif, faim. On est censés arriver dans trente minutes, mais le GPS nous indique encore deux heures de route. On a l’impression qu’on n’arrivera jamais, c’est affreux. Cela fait presque 12h que le voyage a commencé.

A 21h, on est au bout. Heureusement, le chauffeur fait une pause, et on achète des Snickers et du Coca en quantité pour faire le plein de calories et de sucre dans notre sang. On tente de se renseigner, à priori, il reste encore beaucoup de route.

Finalement, après avoir décédé mentalement 200 fois, on arrive. Il est 22h30, nous avons passé 15 heures dans le bus. On est épuisés mentalement et physiquement, mais Nicolas, notre ami venu de France, et Uka, la jeune femme qui a organisé notre tour en Mongolie, sont venus nous accueillir et nous serrent dans leur bras. Quelle belle façon de clôturer ce trajet de l’enfer !

Ils nous emmènent à la guesthouse, où nous avons la surprise d’avoir une jolie chambre double rien que pour nous. Nicolas nous montre le fromage et le chocolat qu’il a ramenés de France, on en mange, on est bien contents ! Uka nous rejoint, on discute avec elle, elle est très gentille et chaleureuse.

Après un bon moment à se raconter nos aventures, on décide d’aller se coucher, il est plus de minuit !

12 Septembre 2019 – A la découverte d’Oulan-Bator, ville… polluée !

Ce matin, on se réveille tôt : Uka nous prépare un bon petit-déjeuner et doit nous présenter le tour de 23 jours que nous allons faire en détails. On sort de notre chambre, et Uka arrive peu après. Elle s’active derrière les fourneaux, et en peu de temps, la table se recouvre de nourriture délicieuse. Salade, fromage blanc, fruits, thé bien sûr, pain, confiture, œufs pochés… On se régale !

Elle nous présente ensuite notre tour, que nous débuterons samedi matin. Au programme, découverte du sud, du centre et du nord de la Mongolie, tous les trois seuls avec un chauffeur et un guide, pendant 23 jours. Ca promet ! On est excités, ça a l’air génial, avec beaucoup d’activités inédites, et surtout la rencontre de familles nomades.

On passera le reste de la matinée à se creuser la tête pour résoudre des problèmes de virements en Mongolie, puis on décollé enfin, vers 13h.

On se rend au monastère Gesar, à côté de la guesthouse, où des moines bénissent des croyants. Le lieu paraît très ancien, mais est petit, nous en faisons donc rapidement le tour.

Oulan-Bator

On repart direction le centre ville, et la place Genghis Khan. La place est grande, les statues jolies, mais nous sommes surtout frappés par le goût et l’odeur de la ville. C’est tellement pollué ! Chacun de nous le sens à sa façon, mais tous avons les yeux qui grattent, le nez sec et du mal à respirer.

On se promène, tentons de voir le temple Choijin Lama, qui se révèle en fait fermé pour rénovation. C’est dommage, il avait l’air très beau. On décide de se trouver de quoi manger, et la galère commence. Notre traducteur ne fonctionne pas hors connexion, et il est très difficile de trouver de quoi manger un repas sans viande.

On tourne un bon moment, puis on finit par tomber sur un café végétarien, une aubaine dans ce pays où la viande est reine ! On mange très bien, et bien que le repas ne soit pas donné pour le pays, cela nous requinque.

On repart, et décidons d’acheter des places pour le spectacle d’arts traditionnels mongols, qui se tient tous les soirs à 18h au théâtre Ulsin Huuheldeyn de Oulan-Bator. Ce spectacle, visant à présenter le folklore mongol, a de bonnes critiques, bien qu’il soit à destination des touristes. On achète nos places, pour la modique somme de 35 000 tugriks (=11€) par personne.

Nous avons un petit plus d’une heure à tuer avant le spectacle, mais nous avons tous mal aux poumons, alors on s’installe chez KFC pour boire un coup en attendant le début du spectacle.

17h45, il est l’heure, on se dépêche de prendre place dans le théâtre. A 18h, les lumières s’abaissent, et le spectacle commence. Durant 1h15, nous verrons des danses traditionnelles dans de belles tenues, des chants de gorge, un orchestre composé d’une quarantaine de personnes, une contorsionniste, des chanteurs et chanteuses… Le spectacle est réellement de qualité, nous sommes charmés. La culture mongole est très riche et diversifiée, c’est un plaisir pour les yeux et les oreilles.

Le spectacle se termine, nous rentrons à la guesthouse, où il ne reste plus que nous et Uka et sa maman. Les couloirs sont encombrés des provisions qu’elles ont commencé à faire pour notre long tour, c’est impressionnant. Les garçons ressortent manger un bout quelque part, de mon côté je reste me reposer et avancer sur les articles : je profite de la connexion internet un maximum, avant le black-out qui s’annonce dans les steppes !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *